L’Agenda des solutions ou LPAA

L’Agenda de l’action ou Plan d’Action Lima-Paris (découvrir le site internet) lancé au Pérou lors de la COP20 a pour objectif de développer les actions et les engagements des acteurs non étatiques – villes, régions, entreprises, investisseurs, organisations de la société civile – qui contribueront à la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre et à l’adaptation, avant 2020 et sur le long terme.

La séquence du LPAA organisée du 1er au 8 décembre au Bourget a rencontré un vif succès (en savoir plus). Au total, le Plan d’Actions Lima-Paris représente aujourd’hui plus d’une soixantaine de coalitions, rassemblant près de 10 000 acteurs issus de 180 pays, ainsi que 11000 engagements individuels enregistrés sur la plateforme électronique NAZCA, par plus de 2000 collectivités et plus de 2000 entreprises. La France s’est particulièrement investie dans un certain nombre d’initiatives en raison de leur caractère stratégique. Celles-ci feront l’objet d’une attention prioritaire pour 2016 (voir tableau).

Initiatives portées par la France

 

Coalition pour le prix du carbone
Initiative 4 pour 1000 (séquestration du carbone à travers des pratiques agricoles adaptées)
Réseau d’alerte météorologique (CREWS)
Pacte de Paris sur l’eau
Protection des Océans
Transport électrique : Mobilize your city, Déclaration sur la mobilité électrique,
Appel d’offre pour un véhicule électrique à moins de 7000 €
Alliance mondiale sur les Bâtiments et la Construction
Initiative africaine pour les énergies renouvelables
Alliance mondiale pour la Géothermie
Alliance solaire internationale
Mission innovation (recherche et développement)
Financement de l’efficacité énergétique
Action à court terme des collectivités territoriales (plan à 5 ans)

Le caractère inclusif et partenarial du pilotage du LPAA en 2015 a beaucoup compté dans la reconnaissance obtenue dans la décision de Paris. Il faudra la poursuivre en 2016, dans un contexte nouveau : deux champions nommés par les présidences, des attentes affirmées en termes de participation par la société civile à la gouvernance. Il faudra en 2016 définir à la fois la gouvernance et l’association des acteurs non étatiques.

Retrouvez la consultation lancée par les deux championnes de haut niveau Laurence Tubiana et Hakima El Haïté sur le site de la CCNUCC (en savoir plus sur leur action).