La pré-COP22 (18-19 octobre 2016)

Cu5QR_kXYAAtfzv

17 Oct La pré-COP22 (18-19 octobre 2016)

Dernière réunion informelle avant la tenue de la COP22, la pré-COP de Marrakech a réuni plus de 80 ministres des principaux pays influents dans les négociations climatiques internationales. Elle sera co-présidée par Ségolène Royal, présidente de la COP21 et Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères marocain et futur Président de la COP22.

La pré-COP doit permettre de baliser les principales questions liées à l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris. Le Maroc souhaite bâtir un consensus sur la nécessité de terminer le programme de travail établi à Paris d’ici à 2018.

L’Accord de Paris entrera en vigueur le 4 novembre 2016. Conséquence logique : la COP22 verra s’ouvrir la première CMA (Conférence des Parties à la Convention climat agissant comme réunion des Parties à l’Accord de Paris) lors de la deuxième semaine de la COP22.

Inclusivité des négociations

A ce jour, 81 Etats, représentant plus de 60 % du total des émissions mondiales de gaz à effet de serre, ont ratifié l’Accord de Paris. Le principal enjeu de cette CMA sera d’organiser les travaux d’élaboration des règles de l’accord sans exclure les pays n’ayant pas encore achevé leur processus de ratification, ce dans le respect du principe d’inclusivité des négociations. Une quarantaine de pays devrait le faire d’ici à la fin de l’année.

Il s’agit pour toutes les Parties représentées de terminer l’élaboration des règles de procédure de l’accord d’ici à 2018. La ratification de tous les pays signataires à la même date permettrait en effet de garantir l’entrée en vigueur complète et universelle de l’accord.

La mobilisation de soutiens financiers, technologiques et le renforcement de capacités sont prévus par l’Accord de Paris pour aider les pays en développement à participer pleinement au régime de coopération climatique (préparation et mise en œuvre des contributions nationales en matière de réduction d’émissions et d’adaptation aux bouleversements climatiques, participation au bilan mondial quinquennal, contribution au futur cadre amélioré de transparence…). La pré-COP devrait permettre de soulever ces questions.

L’accélération de l’action au cœur des débats

Enfin, les travaux de la pré-COP ne manqueront pas de se focaliser sur l’accélération de l’action internationale en faveur de la réduction des émissions de GES et de l’adaptation aux effets du changement climatique. Si le Maroc cherche à orienter les débats sous l’angle des actions menées par les acteurs non-étatiques, notamment dans le cadre de l’Agenda de l’action, mais aussi sous celui des synergies à établir avec les Objectifs de développement durable. La discussion permettra sans doute de préciser les sujets prioritaires que le dialogue de facilitation sur l’action et la mise en œuvre, prévu en parallèle de la COP22, devra aborder.

Les Championnes de haut niveau pour le Climat présenteront leur note de scénario comportant des recommandations sur le futur de l’agenda de l’action et leur vision du déroulement de l’événement de haut niveau et des journées thématiques prévues à la COP22.

La session de clôture permettra également d’en savoir plus quant au scénario prévu pour le déroulement des deux semaines de la COP22, notamment en ce qui concerne la cérémonie d’ouverture, la participation de Chefs d’Etat et de Gouvernement, et le segment de haut niveau.

Pour aller plus loin :

  • Le communiqué de presse de la présidente de la COP21, Ségolène Royal ici.
  • Le compte rendu de l’ouverture de la pré-COP sur le site du ministre de l’Environnement ici.
  • Et sur le site de la COP22 ici.

 

 

 

 

 

Tags: