La France émerge comme leader de la finance verte

Point etape sur le projet de loi Transition energetique pour la croissance verte et les actions concretes

23 Nov La France émerge comme leader de la finance verte

À quelques jours de la COP21, un rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et de l’Institute for Climate Economics (I4CE) montre que la France mène avec succès l’intégration des enjeux environnementaux dans le secteur financier.

Ce rapport (en anglais), intitulé France’s Financial (Eco)system: improving the integration of sustainability factors, identifie les points clés des avancées menées par les acteurs privés et publics en France au cours des deux dernières décennies, et détaille les mesures pionnières en lien avec le climat introduites cette année.

Achim Steiner, directeur-général du PNUE, a déclaré que « la France fait partie d’un catalogue grandissant d’exemples à travers le monde qui intègrent actuellement la durabilité au sein de la prise de décision financière privée et publique. Ce changement dans les considérations financières est un élément de l’ambition collective que nous observons aux quatre coins du monde en faveur d’un futur durable. Plus que cela, ceci démontre la dynamique positive vers la durabilité sur laquelle nous devrons nous appuyer à Paris afin de remédier au problème du changement climatique. »

L’étude constitue la première analyse sur cette question. Elle met en lumière le leadership du pays dans la promotion de l’intégration des enjeux environnementaux et des critères climatiques dans la prise de décision financière.

Nick Robins, co-directeur de l’Enquête du PNUE*, a expliqué que « ce nouveau rapport sur la France complète l’analyse en profondeur de l’Enquête du PNUE* sur les actions que les pays entreprennent de par le monde afin d’aligner leurs systèmes financiers avec le développement durable. Il montre comment l’innovation des politiques et des marchés peuvent se combiner pour améliorer la performance et la résilience du système financier. »

Le cadre politique et réglementaire officiel, notamment la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte de 2015, n’est que l’un des éléments qui contribuent à verdir le système financier français. Ce rapport identifie un vaste « écosystème » d’acteurs commerciaux, venant du secteur public ou d’organisations et à but non lucratif qui ont un rôle essentiel.

L’ampleur de cet engagement et l’expertise approfondie ont eu un rôle essentiel dans la construction de la dynamique qui a mené cette année à des mesures spécifiques au climat, notamment les dispositions inédites à l’échelle mondiale qui demandent aux investisseurs de divulguer leur contribution à la transition énergétique et qui impliquent aussi l’établissement d’une stratégie d’intégration des critères climat dans les stress-tests bancaires.

D’après Benoît Leguet, directeur-général d’I4CE, « l’approche française vise à améliorer les pratiques de chaque acteur tout en leur laissant la latitude suffisante pour agir de la façon qui soit la plus compatible avec leurs propres intérêts et modèles économiques. » Pour Romain Morel, économiste à I4CE, « la France a développé un modèle unique dans lequel les initiatives publiques et privées se renforcent mutuellement à la fois en termes de sensibilisation et de promotion de l’action concrète ».

Cette trajectoire provient d’une attention croissante portée aux enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance au long des quinze dernières années, avec leur intégration formelle dans le cadre réglementaire à partir de 2001. Ces mesures ont contribué à des volumes croissants de finance climat de 30 milliards euros en 2011 à 36 milliards euros en 2013.

Accueillir la COP21 a encore stimulé davantage les efforts de la France pour verdir son système financier. Pour préparer les étapes suivantes, le rapport met en avant une série de priorités pour maintenir la dynamique d’innovation des politiques et des marchés.

L’étude du cas français fait suite au rapport mondial récemment publié par l’Enquête du PNUE, The Financial system We Need, qui expose comment exploiter pleinement le potentiel du système financier pour accomplir la transition vers le développement durable.

 

* POUR MIEUX COMPRENDRE

L’Enquête du PNUE pour la conception d’un système financier durable a été créé en janvier 2014 avec pour mandat de faire progresser les options politiques qui permettraient d’améliorer l’efficacité du système financier afin de soutenir le développement durable. Soutenu par un Conseil consultatif de dirigeants financiers, l’Enquête a examiné en profondeur les pratiques dans plus de 15 pays ainsi que dans les principaux secteurs du système financier, tels que les services bancaires, obligataires et boursiers des marchés, l’investissement institutionnel, les assurances ainsi que la politique monétaire. Pour parvenir à ses conclusions, l’Enquête a travaillé en collaboration avec les Banques centrales, les ministères de l’Environnement, les institutions financières internationales ainsi que les grandes banques, les bourses, les fonds de pension et les compagnies d’assurance.

Tags: