Ségolène Royal, présidente de la COP, mobilisée pour promouvoir « Earth Hour »

La présidente de la COP Ségolène Royal avec Pascal Canfin, directeur-général de WWF France, Anne Hidalgo, Maire de Paris, et Célia Blauel, adjointe à la Maire de Paris.
La présidente de la COP Ségolène Royal avec Pascal Canfin, directeur-général de WWF France, Anne Hidalgo, Maire de Paris, et Célia Blauel, adjointe à la Maire de Paris.

18 Mar Ségolène Royal, présidente de la COP, mobilisée pour promouvoir « Earth Hour »

Trois mois après la COP21, l’opération « Earth Hour » (Une heure pour la planète) a mobilisé des millions de personnes à travers le monde samedi 19 mars à 20h30 (heure locale), dont Ségolène Royal, présidente de la COP et ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer qui s’est rendue au pied de la Tour Eiffel aux côtés notamment d’Anne Hidalgo, maire de Paris, et de Pascal Canfin, directeur exécutif de WWF France. Dans 178 pays, les lumières se sont éteintes pour quelques minutes ou pour une heure en faveur de la planète.

Cette 10e édition a débuté aux îles Fidji puis a gagné l’Asie, l’Europe et l’Amérique. L’opération s’est aussi voulue festive, avec une séance de yoga collective, un pique-nique dans un parc ou un défilé de mode en tissu recyclé organisés en Australie, des plats préparés au restaurant sur le feu d’une cheminée et dégustés à la lueur de bougies en France, un dîner aux chandelles en Finlande…

Au total, ce sont :

  • plus de 6 600 événements organisés par des individus et organisations.
  • 1,23 millions d’actions individuelles pour aider à lutter contre les changements climatiques.
  • l’extinction des lumières de plus de 400 monuments emblématiques notamment l’Opéra de Sydney, Big Ben et le Parlement à Londres, la Tour de Tokyo, l’Empire State Building, l’hôtel Marina Bay Sands (Singapore) et la Tour Eiffel.
  • les hashtags Earth Hour #EarthHour #ChangeClimateChange ont été vus plus de 2,5 milliards de fois lors de l’évenement et de la semaine le précédant (du 14 au 19 mars).

Depuis sa première édition en 2007, organisée seulement à Sydney, l’opération « Une heure pour la planète » a chaque année pris plus d’ampleur. En 2015,  172 pays et 7 000 villes avaient été plongés dans le noir. L’objectif de cette initiative de WWF est de rappeler que l’énergie consommée a un coût pour la planète, d’inciter gouvernements et particuliers à agir pour le climat, et de démontrer qu’ensemble, les citoyens ont un réel pouvoir.

Tags: