Clap de fin sur Bonn avec Marrakech en ligne de mire

© IIDS
© IIDS

27 Mai Clap de fin sur Bonn avec Marrakech en ligne de mire

Fin des travaux

Même si cette session de négociations – la seule avant la COP22 – s’est terminée jeudi 26 mai avec un certain retard sur le programme initial (la plénière de clôture de l’APA a débuté 20 heures au lieu de 17h), les délégués sont parvenus à des résultats importants pour Marrakech. Le Maroc a désormais la main et va, dans les prochains mois, continuer à élaborer sa stratégie en vue de la Conférence de novembre.

La plénière de clôture du SBI a connu un retard important lorsque la délégation équatorienne, au nom des « Like Minded Developping Countries » (LMDC, en savoir plus sur les coalitions de pays : ici) a demandé la modification de conclusions qui venaient d’être adoptées, ce que le règlement ne permettait pas, à moins d’un vote au 2/3 pour revenir sur l’adoption prononcée par le président. Le point de substance concernait les conclusions sur l’organisation des réunions de la COP et sur l’association des acteurs non étatiques observateurs, pour lesquelles les LMDC souhaitaient voir introduite la notion de conflit d’intérêt (l’idée sous-jacente étant qu’il serait possible de refuser d’associer des acteurs non étatiques dont les intérêts entrent en conflit avec l’objectif de la CCNUCC).

Cette plénière de clôture a été suivie par celle du SBSTA, qui a pris moins de temps. Au final, tous les points à ordre du jour des deux organes subsidiaires ont pu être traités, avec, pour beaucoup, des conclusions de substance ou des appels aux pays de préparer leurs propositions en vue de Marrakech.

Grâce à un dernier groupe de contact durant la matinée, l’APA a adopté ses conclusions immédiatement en plénière de clôture durant la soirée. Celles-ci sont consacrées à l’organisation du travail à Marrakech. L’APA continuera de se réunir en un groupe de contact unique à Marrakech, chaque item de l’ordre du jour faisant l’objet d’un groupe informel de consultations co-facilitées ayant le mandat de préparer des conclusions. Les conclusions appellent de nombreuses contributions écrites des parties d’ici fin septembre, mais ne prévoient plus de compilation par le Secrétariat de ces contributions écrites, ni d’atelier technique qui avait été évoqués et qui auraient pu avoir lieu en parallèle des réunions à Marrakech. La session a été suspendue jusqu’à Marrakech, afin de préserver l’ordre du jour adopté à Bonn, et comme l’avaient évoqué les co-présidentes, tout en soulignant leur volonté de revenir à un rythme de travail ponctué par des clôtures formelles.

Consultations de la présidence française

En parallèle, la présidence française a poursuivi ses consultations – collectif Groundswell, délégation bolivienne sur l’élaboration d’un instrument de suivi sur les technologies des peuples indigènes – et a notamment rendu compte à la Turquie des consultations menées sur leur statut spécial.

Passage de relais

À noter que Laurence Tubiana a présidé sa dernière session de bilan des travaux des deux semaines de Bonn. L’ambassadrice en charge des négociations a reçu, avec l’équipe française, les remerciements appuyés de la Secrétaire exécutive de la CCNUCC Christiana Figueres, suivis d’une standing ovation par les délégués. Cette session a aussi été l’occasion de passer formellement le relais à l’ambassadeur marocain Aziz Mekouar, dont la présidence montante passe désormais en première ligne pour la préparation de la COP22.

Lire aussi : les délégués disent au revoir à la Climate Queen Christiana Figueres.

Tags: