Alliance solaire internationale : mobiliser plus de 1 000 milliards de dollars pour l’énergie photovoltaïque

Lancement de l'Alliance solaire internationale par le Premier ministre Indien Narendra Modi et le Président de la République François Hollande, le 30 novembre 2015, en marge de la COP21
© Benjamin Geminel
Lancement de l'Alliance solaire internationale par le Premier ministre Indien Narendra Modi et le Président de la République François Hollande, le 30 novembre 2015, en marge de la COP21 © Benjamin Geminel

14 Mai Alliance solaire internationale : mobiliser plus de 1 000 milliards de dollars pour l’énergie photovoltaïque

La présidente de la COP Ségolène Royal et le ministre indien de l’Énergie, du Charbon et des Énergies nouvelles et renouvelables Piyush Goyal ont réuni un groupe moteur de pays  membres de l’Alliance solaire internationale, en marge de la cérémonie de signature de l’Accord de Paris au siège des Nations unies à New York le 22 avril.

C’est quoi l’Alliance solaire internationale ?

La mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat suppose un déploiement d’énergie solaire à une échelle totalement inédite. L’Alliance Solaire Internationale est une initiative lancée conjointement par le Premier ministre Indien Narendra Modi et le Président de la République François Hollande le 30 novembre 2015 en marge de la COP21, pour rendre possible ce « changement d’échelle » dans le déploiement d’énergie solaire dans les pays à fort ensoleillement situés entre les deux tropiques.

Le constat de départ est simple : les pays à fort potentiel solaire ne représentent aujourd’hui qu’une faible part de la production mondiale d’énergie solaire. L’Alliance solaire internationale, en harmonisant et en agrégeant à l’échelle de plusieurs pays la demande de financement, de technologies et d’innovation, peut révolutionner l’avenir de l’énergie solaire dans ces pays et au-delà.

A l’échelle de l’Inde, une méthode similaire, appliquée à la demande d’ampoules à basse consommation LED, a permis de faire baisser de 83% le prix de ces ampoules en 24 mois, tout en augmentant la fiabilité des produits.

A l’échelle de l’Alliance, une impulsion politique forte et concertée peut créer le « marché commun » qui permettra de faire baisser les coûts, de renforcer le contrôle qualité, de mieux adapter les produits aux besoins, d’inventer de nouveaux produits et de nouveaux usages – et de traduire dans les faits leur contribution nationale à l’Accord de Paris.

Dès le 19 mai 2015, le Président de la République a apporté son soutien à la proposition du Premier ministre indien de constituer une alliance des pays ayant le plus fort potentiel solaire. Avec son objectif national de 100 Gigawatts d’énergie solaire installée en 2022 (contre 3 aujourd’hui) et ses 1,3 milliards d’habitants, dont 350 millions n’ont pas accès à l’électricité, l’Inde représente à elle seule une part considérable de la demande mondiale.

Le 30 novembre 2015, plus de 35 chefs d’Etat et de gouvernement se sont ralliés à la Déclaration de Paris pour l’Alliance solaire internationale portée par le Premier ministre Indien et le Président de la République (retrouvez le communiqué de l’Elysée).

Réunion de haut niveau

Le 22 avril à New York, les ministres et hauts représentants de dix-neuf pays (Australie, Bangladesh, Bolivie, Brésil, Djibouti, Ethiopie, Maldives, Mali, Namibie, Nigeria, Ouganda, Pays-Bas, Pérou, Seychelles, Sri Lanka, Suriname, Zambie, Inde et France) ont apporté leur soutien à la feuille de route proposée conjointement par la France et l’Inde pour accélérer le déploiement massif de l’énergie solaire à diverses échelles dans leurs pays respectifs.

L’Alliance réunira les pays sur une base volontaire, à travers des Programmes ciblés, portés directement au niveau politique pour garantir une mise en œuvre efficace et rapide.

Un groupe initial de pays a rejoint les deux premiers Programmes lancés sur la proposition de la présidente de la COP Ségolène Royal et du ministre indien Piyush Goyal :

– le programme « Un financement abordable à grande échelle » qui vise mobiliser plus de 1000 milliards de dollars d’investissement dans l’énergie photovoltaïque d’ici à 2030, voire plus tôt si possible, à travers la mise en place d’outils et de politiques appropriés, et un dialogue structuré avec le secteur privé en particulier à travers l’Initiative Terrawatt. La présidente de la COP Ségolène Royal s’est félicitée de ce programme qui constitue à ses yeux une avancée majeure vers la mise en œuvre effective de l’Accord de Paris.

– le programme « Développer les applications solaires à usage agricole » qui vise à rendre abordables des applications solaires fiables et adaptées aux besoins des agriculteurs. Ce programme facilitera, par exemple, le déploiement d’applications telles que les pompes à irrigation ou les centrales de refroidissement de lait. De quoi « améliorer largement les rendements et retombées économiques » pour le ministre indien Piyush Goyal. « La synchronisation et l’harmonisation des appels d’offre à l’échelle de l’Alliance apporteront une meilleure qualité à tous », a indiqué la présidente de la COP Ségolène Royal.

Lire les communiqués de presse : ici.

Tags: